Certificate of advanced studies : MacroZooBenthos

 

Prochaine volée du CAS en 2017-2018. Démarrage le 24 mars 2017 (sous réserve de modification).


Contexte

Suite au fort développement des sociétés humaines depuis la fin du 19ème siècle, la qualité des eaux de surface, qu’elles soient lotiques (rivières, fleuves) ou lentiques (lacs, étangs, mares), s’est fortement dégradée.

La prise de conscience collective de l’importance de ces milieux, que ce soit en termes d’usages et services divers rendus à la société (fourniture d’eau potable, production d’hydroélectricité, loisirs récréatifs, zone tampon de protection de crues, …) ou de réservoirs de biodiversité, s’est accompagnée d’un ensemble d’outils législatifs visant à accroitre leurs qualités biologiques et physico-chimiques.

L’amélioration de la qualité des milieux aquatiques suppose des méthodes fiables permettant de réaliser un diagnostic, puis de suivre l’évolution des paramètres considérés au cours du temps. Les méthodes basées sur l’analyse de la composition ou de la structure des communautés d’un groupe taxonomique considéré (macrophytes, diatomées, macroinvertébrés, poissons) sont dites « de bio-indication ».

Le macrozoobenthos désigne les invertébrés aquatiques visibles à l’œil nu qui colonisent le fond des cours d’eau et des plans d’eau. Par leur grande diversité et leurs exigences écologiques variées, ils remplissent une importante fonction de bio-indicateurs dans la surveillance et le diagnostic de la qualité des eaux de surface.

La forte volonté (des autorités cantonales, fédérales et européennes) de restaurer les écosystèmes aquatiques pour les prochaines décennies s’accompagnent d’un besoin croissant en spécialistes. Le CAS MZB répond aux besoins pratiques des hydrobiologistes, écologues et zoologistes travaillant sur les écosystèmes aquatiques, et comble une lacune dans l’offre de formation actuellement très succincte liée au thème de la bio-indication.

Public cible

  • Ensemble des praticiens (personnels d’administrations ou services d’état, de bureaux d’études, membres d’associations, …) confrontés au diagnostic des écosystèmes aquatiques, à la surveillance/protection des eaux de surface, à la gestion des espèces et des milieux ;
  • Toute personne possédant des connaissances préalables et désirant les approfondir (par ex., enseignant du degré secondaire supérieur, naturaliste amateur,…).


Objectifs de la formation

L’objectif principal est le suivant :

  • Être capable d’évaluer l’état écologique d’un cours d’eau ou d’un plan d’eau à l’aide de méthodes de bio-indication standardisées basées sur les macro-invertébrés benthiques.

Pour ce faire, il est nécessaire d’acquérir un certain nombre de compétences et connaissances, décrites ci-après :

  • Appliquer in situ, de manière autonome, une méthode standardisée d’échantillonnage ;
  • Déterminer jusqu’à un niveau moyen les principaux taxons utilisés en bio-indication, dans des projets de restauration, dans les études d’impacts, ou inscrits sur des listes rouges ;
  • Connaitre l’écologie des espèces-clés ;
  • Représenter des résultats et les intégrer dans un rapport ;
  • Interpréter des listes faunistiques ou des résultats synthétiques issus de l’analyse des données d’échantillonnage ;