Mars 2018Un projet nautique primé !

Un projet nautique primé !

Thomas Blanc reçoit le Prix de la meilleure idée. © FER Genève

 

Etudiant à HEPIA en 3e année de Bachelor Microtechniques, mon activité dans le milieu du sauvetage sur le Léman m’a sensibilisé à la sécurité des plaisanciers et des professionnels du lac.


Un des risques quand on navigue sur un lac ou en pleine mer avec un bateau moteur est de faire un faux mouvement ou de mal prendre une vague et d’être éjecté de l’embarcation.


Actuellement les bateaux sont équipés d’un coupe-circuit qui permet de couper le moteur en cas d’éjection du pilote. Cet élément de sécurité relie physiquement le pilote au moteur à l’aide d’un cordon. Cependant ce dispositif est gênant dans les manœuvres et n’est donc pas systématiquement porté par le pilote. Dans ce cas, si ce dernier est éjecté, les moteurs ne sont pas coupés et le bateau continue sa course sans aucun contrôle. Le navire représente donc un danger à la fois pour les personnes (pilote compris), mais aussi pour les matériels environnants.


Il existe aujourd’hui, sur le marché, des coupe-circuits sans fil, mais ceux-ci fonctionnent sur batteries et sont contraignants à l’installation et dans leur fonctionnement. Il faut également souligner le prix élevé de ces systèmes (CHF 300.- environ) qui freine aussi leur achat.
Dans le cadre de mon projet de Bachelor, sous la supervision de Delphine Bechevet,
professeure HES à HEPIA, je développe un nouveau système composé de deux éléments : un module et un badge. Le module est très facilement installable sur n’importe quel type d’embarcation. Le badge n’est pas alimenté par une batterie. Il est donc pratique et éco-compatible. Ce système couvre le pilote durant toute la navigation et coupe le moteur en cas d’éjection. L’avantage est que le pilote n’a pas à penser à enclancher le système de sécurité, tout s’active automatiquement dès qu’il monte à bord. Ce dispositif est dimensionné afin de convenir à une utilisation professionnelle et donc quotidienne.


Lors de l’édition genevoise de la Semaine de l’entrepreneuriat, ce projet a été présenté au Concours de la meilleure idée. Le concours est ouvert aux étudiants de l’UNIGE, de l’IHEID et  la HES-SO Genève. Le jury était composé de membres des organisations suivantes : Université de Genève, Genilem, Fondation d’Aide aux Entreprises (FAE), Fondetec, Chambre ESS, le CICR, CTI, Nations Unies, Procter & Gamble, et Softweb.


J’ai eu la joie de voir le coupe-circuit sans fil remporter le Prix de la meilleure idée.

 
La remise des prix s’est déroulée dans les locaux de la FER. Le premier prix qui m’a été remis par M. Antonio Gambardella (Directeur de la Fongit) comprend 3 mois d’accès à l’espace de co-working « Geneus » ainsi qu’un coaching sur l’entrepreneuriat. Ces formations et l’accès à un pré-incubateur de start-up, permettront au projet d’être perfectionné sur le plan économique.


Le projet est en cours de développement dans les laboratoires de l’école. Les premiers tests ont eu lieu sur le Léman en janvier et se poursuivront jusqu’à l’été. Ceux-ci se déroulent au plus près des utilisateurs finaux du dispositif à savoir les métiers présents tous les jours sur le lac (pêcheurs, gardes-ports, sauveteurs...). Cette proximité permet d’adapter continuellement ce nouveau système aux besoins des professionnels.


Ce projet a pour ambition de s’inscrire dans la dynamique de la marine de demain : l’utilisation de systèmes intelligents, écologiques pour une navigation plus sûre.

Thomas Blanc
Etudiant 3e année
Filière Microtechniques