Octobre 2017Architecture de crise : l’architecte devient médiateur

Architecture de crise : l’architecte devient médiateur

 

Image de synthèse réalisée dans le cadre de l’atelier sur l’architecture de crise © HEPIA / Clémence Lebert

 

L’atelier sur l’architecture de crise s’est déroulé au semestre de printemps 2017 avec 12 étudiants suivant le Master en architecture d’HEPIA.


L’objectif principal de l’atelier était d’explorer une forme d’enseignement qui s’affranchit des outils traditionnels du projet architectural pour aborder les aspects participatifs, la protection et défense des droits humains ainsi que la gestion des ressources, des services et l’accès à la vie sociale de la cité.


Les exercices ont traité des abris d’urgence pour les réfugiés et l’accueil de migrants en zone urbaine. Pour les rendus, l’accent a été mis sur l’utilisation d’outils variés comme le dessin à la main, les interviews, la vidéo et l’animation.


Atelier sur l’architecture de crise : étudiants et professeurs © HEPIA / Nicolas Rossier

 

Les étudiants se sont confrontés à des problématiques complexes qui sortent du cadre strict de la conception architecturale et se sont immergés dans une approche et un engagement sociaux et humains qui dépassent leur domaine de formation. Les travaux ont révélé leur capacité à exprimer des concepts et des idées qui sortent de l’unique conception du bâtiment. Ils ont abordé de façon naturelle des thématiques sociales, économiques et culturelles avec beaucoup de flexibilité et de curiosité. Ils ont aussi été attentifs aux aspects pratiques de leurs propositions et se sont efforcés de contextualiser les interventions pour en assurer un certain niveau de réalisme.


Nous espérons qu’ils ont compris que pour être à même de contribuer de façon dynamique et créative aux défis posés par les crises, l’architecte doit s’éloigner d’un souci d’expression personnelle et se positionner comme un interprète et un médiateur capable de traduire par le dessin et le projet les besoins et les préoccupations de ceux qui habitent l’architecture. Au-delà de la forme bâtie, l’architecte peut contribuer par sa connaissance, ses idées et son engagement à la structure d’une société et aux processus qui vont augmenter sa résilience et sa capacité à s’adapter à un monde en mutation.

 

Ivan Vuarambon
Architecte – Professeur invité
Joint Master en Architecture