Partenariats

Collaborations avec les milieux académiques

Les instituts hepia, dans le cadre de leur mandat, collaborent étroitement avec d'autres institutions universitaires suisse et étrangères comme :

Conventions de collaboration

En accord avec leurs axes stratégiques, les instituts ont signé des conventions de collaborations dans différents domaines de recherche, en particulier avec :

  • le pôle de compétence NCCR MaNEP ("Materials with Novel Electronic Properties") dont la "leading house" est le Département de la Matière Condensée de la Faculté des Sciences de l'Université de Genève ;
  • la Faculté des Sciences de l'Université de Genève dans le domaine de la physiomatique végétale ;
  • les Hôpitaux Universitaires de Genève ;
  • la Faculté de Médecine de l'Université de Genève ;
  • le CERN.

Association professionnelles

  • Lake Geneva BioCluster bioalps ;
  • Association romande pour la Recherche et l'Innovation Energétique (RIE) ;
  • Association Suisse de l’Energie du Bois ;
  • Association Romande de RADioprotection (ARRAD) ;
  • Association Suisse de MicroTechnique (ASMT) ;
  • Association Suisse de Technologie des Capteurs (ASTC) ;
  • Swiss Tribology (Membre fondateur) ;
  • Société Suisse de Traitements de Surface (SGO-SST) ;
  • Centre français de l’anticorrosion (CEFRACOR) / European Federation of Corrosion ;
  • Société Suisse de Microbiologie ;

hepia est membre de l'association BioMobile

Dans le cadre du projet BioMobile.ch, il nous semble particulièrement important d'avancer dans le sens des performances et de l'écologie, tout en réduisant les coûts. BioMobile.ch est animée par un moteur conçu initialement par la société Honda pour des applications domestiques (outils de jardin). Sur cette base, la haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture (hepia) de la HES-SO Genève apporte des modifications qui se veulent aussi faibles que possible et nécessaires à son bon fonctionnement avec un carburant d'origine végétale, donc renouvelable.

En effet, pour favoriser la diffusion de ces combustibles, nous étudions leur application dans le cas d'un cycle thermodynamique de type Beau-de-Rochas (celui sur lequel reposent les voitures à essence). S'il est vrai que l'utilisation du bio-diesel ou des essences "éthyliques" est connue, notamment en Europe et au Brésil, l'utilisation d'une bio-essence, obtenue par distillation d'un bio-pétrole est innovante. Cette bio-essence devrait permettre l'utilisation de bio-carburant par des moteurs de petites cylindrées de manière plus aisée que ce qu'on peut faire avec le bio-diesel. Par ailleurs, elle permet de s'affranchir des contraintes climatiques d'utilisation de ces derniers.

Cette participé bio-mobile a participé à l'Educeco qui s'est déroulé du 2 au 4 mai à Nogaro dans le Gers.

Pour la première fois, le moteur était alimenté par une injection originale développée par l'équipe de Patrick Haas. La voiture était également équipée de plusieurs dispositifs qui ont été inaugurés à cette occasion : un démarreur muni d'une roue-libre "maison" pratiquement sans frottement, un système d'assistance au démarrage étudié et réalisé par l'équipe de Fabien Vannel, pour ne parler que des principales.

A la demande des organisateurs, nous avons effectué une course avec de l'essence fournie par Shell et les deux autres courses avec notre bioessence. Nous n'avons effectué aucun réglage ou modification entre les runs; les résultats se tiennent dans un mouchoir de poche, démontrant bien l'universalité de notre bioessence.

http://www.biomobile.ch

La voiture bio-mobile